Sélection

Coronavirus : réponses aux questions les plus fréquentes (FAQ)

mardi 10 mars 2020

Dans le cadre de la propagation du coronavirus, l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) présente les personnes atteintes de diabète comme un groupe particulièrement vulnérable. Trouvez ici les réponses aux questions les plus fréquentes.

1. Qui est particulièrement menacé selon l'OFSP ?

Toutes les infections respiratoires comportent un risque de complications. Le taux de complications de l'épidémie annuelle de grippe est généralement plus élevé que celui de l'épidémie actuelle de coronavirus. Seule une minorité de la population profite de la possibilité de se protéger au mieux par la vaccination.
Pour toutes les infections respiratoires, les règles de comportement actuellement propagées sont utiles, indépendamment de l'épidémie actuelle avec le coronavirus. Heureusement, le taux de complications chez les personnes de moins de 65 ans infectées par le coronavirus est très faible, indépendamment de la situation actuelle du coronavirus. Heureusement, le taux de complications chez les personnes de moins de 65 ans qui ont été infectées par le coronavirus est très faible.
Les personnes âgées de 65 ans et plus, ainsi que celles qui présentent l'une de ces maladies préexistantes, sont particulièrement exposées au risque de contracter une infection respiratoire grave :

  • Maladies cardio-vasculaires
  • Diabète
  • Hypertension artérielle
  • Maladies respiratoires chroniques
  • Maladies et thérapies qui affaiblissent le système immunitaire
  • Cancer

Lorsque l'OFSP mentionne globalement le "diabète" comme un facteur de risque d'évolution plus grave, il s'agit pour l'instant du diabète sucré de type 2, qui apparaît le plus souvent chez des patients âgés, en combinaison avec d'autres facteurs de risque (obésité, hypertension, troubles du cholestérol, problèmes rénaux, maladies cardiovasculaires). Ces personnes sont particulièrement vulnérables, non pas tant parce qu'elles sont diabétiques, mais en raison de la majorité des maladies associées.

2. Qu'est-ce que cela signifie pour les quelque 400'000 diabétiques en Suisse ?

On ne sait pas actuellement si le "diabète sucré" représente à lui seul un risque particulier de contracter une maladie à coronavirus ou d'évolution plus grave de la maladie.

En principe, le risque d'infection et surtout le risque de maladie des personnes atteintes de diabète n'est pas augmenté lorsque le contrôle de la glycémie est bon et stable (HbA1c inférieure à 7,5%)1 et qu'il n'y a pas de maladies graves associées ou d'autres facteurs de risque, c'est-à-dire que les recommandations générales de l'OFSP pour la prévention d'une infection s'appliquent.

Chez les personnes dont le diabète est mal contrôlé, le risque de complications peut être accru. En cas de contrôle insuffisant (HbA1c supérieure à 8,5%)1 et de maladies concomitantes supplémentaires non contrôlées (maladies coronariennes, BPCO, insuffisance rénale chronique, etc.) ainsi qu'en cas d'âge avancé, le risque de maladie est plus élevé.

3. À quoi les personnes âgées atteintes de diabète doivent-elles faire attention ?

Les recommandations de l'OFSP pour les personnes à risque concernent surtout ce que l'on appelle le "social distancing", afin de prévenir la contamination ou la transmission :

  • Évitez de prendre les transports en commun aux heures de pointe.
  • Faites vos courses en dehors des heures de pointe ou faites-vous livrer vos achats, par exemple par un membre de la famille, un ami, un voisin, etc.
  • Évitez les manifestations publiques (théâtre, concerts, événements sportifs).
  • Évitez les rencontres professionnelles et privées qui ne sont pas indispensables.
  • Réduisez au minimum les visites dans les maisons de retraite, les maisons de soins et les hôpitaux.
  • Évitez les contacts avec des personnes malades.

Nous déconseillons également aux personnes à risque de voyager dans des régions à risque ou, en cas d'incertitude, nous leur recommandons de prendre préalablement contact avec leur médecin de famille ou leur diabétologue pour discuter de leur situation individuelle. Pour savoir comment vous pouvez vous protéger et protéger les autres d'une contamination, consultez la page de l'OFSP : Comment nous protéger.

4. Quels sont les symptômes qui doivent attirer l'attention ?

En cas de toux entraînant des difficultés respiratoires, de frissons et/ou si la fièvre reste supérieure à 38,5° ou si l'état général se détériore nettement. En présence de ces symptômes, contactez votre médecin de famille - d'abord par téléphone.

5. On craint de plus en plus que les antihypertenseurs ne favorisent la contamination par le coronavirus. Que doivent faire les diabétiques qui prennent des antihypertenseurs ?

On ne sait pas actuellement si les médicaments antihypertenseurs, en particulier les inhibiteurs de l'ECA comme le lisinosopril ou les sartans, influencent réellement la maladie à coronavirus. Nous savons toutefois que les personnes de plus de 65 ans souffrant d'hypertension, de diabète et de maladies cardiovasculaires courent un risque accru d'évolution grave de la maladie. Il est donc important de ne pas arrêter les médicaments antihypertenseurs sans consulter son médecin traitant.

6. Dois-je continuer à envoyer mon enfant diabétique à l'école ?

Les enfants et les adolescents dont le diabète de type 1 est bien contrôlé (HbA1c inférieure à 7,5%)1 et qui ne souffrent d'aucune maladie concomitante peuvent fréquenter l'école ou l'entreprise formatrice conformément aux directives du canton. Les recommandations générales de l'OFSP en matière de prévention s'appliquent comme pour les non-diabétiques.

7. Comment les membres de la famille doivent-ils se comporter vis-à-vis des personnes atteintes de diabète ?

Les diabétiques doivent prendre les mêmes précautions que les non-diabétiques (se laver les mains fréquemment, se saluer avec la plus grande distance possible, etc.) Evitez actuellement les fêtes de famille avec des membres âgés de la famille ou la garde des enfants par les grands-parents, conformément aux directives de l'OFSP.

8. Que se passe-t-il si, en tant que diabétique, je reçois quotidiennement des clients (restauration, etc.), si je travaille dans un bureau paysager ou dans les transports publics ? Puis-je prendre congé en tant que diabétique ?

Il s'agit ici de questions tout à fait individuelles, auxquelles il faut répondre différemment selon la situation. Tous les diabétiques ne font pas partie des personnes particulièrement exposées, l'âge et le lieu de travail doivent également être pris en compte.

Les employés particulièrement vulnérables qui sont exposés à un risque accru de contagion sur leur lieu de travail devraient pouvoir se tenir à distance dans l'entreprise. Si cela n'est pas possible ou si une autre occupation temporaire n'est pas possible, les employeurs doivent envisager pour ces personnes de s'absenter de leur poste de travail.

En cas d'incertitude, nous recommandons aux diabétiques de discuter de la situation concrète avec leur employeur et de chercher des alternatives, car l'employeur a un devoir d'assistance envers ses collaborateurs. Il n'est toutefois pas permis de s'absenter simplement du travail sans certificat médical.

9. En tant que femme enceinte souffrant de diabète gestationnel, est-ce que je fais également partie du groupe à risque ?

Chez les femmes enceintes, il n'existe actuellement aucune indication de symptômes plus fréquents de la maladie. En cas d'incertitude, adressez-vous à votre médecin traitant.

 

L'HbA1c mesure la glycémie moyenne au cours des trois à quatre derniers mois et est également appelée glycémie à long terme.

nach oben